Ce soir, je suis tombé amoureux dans le métro

Elle était là, toute seule, assise les yeux dans le vague, une jupe bleue plissée qu’on n’aurait pas pu confondre avec du blanc doré, elle hochait doucement la tête au rythme de la rame et je me suis assis à côté d’elle, la place était vide, j’étais fatigué alors autant en profiter.

Elle a tourné la tête vers moi et je suis tombé dans son doux sourire au rouge à lèvre craquelé puis elle a commencé à me parler d’une voix grave et brisée, tu sais, ces voix qui vous transportent chargées d’histoires, alors j’ai approché mon oreille de sa bouche pour faire taire le vacarme du monde et je l’ai écouté me parler

Dieu que tu es beau jeune homme tu as un regard tellement fier un vrai hidalgo un vrai Dom Juan tu dois faire bien des ravages n’est-ce pas tu ressembles à mon mari quand il était jeune il aurait eu 89 ans ce mois-ci et tu as les mêmes yeux sombres que j’aimais contempler je pense que tu as des origines latines n’est-ce pas ah si tu l’avais vu quand il m’emmenait danser le tango sur les pistes de bal il aurait pu me faire valser dans ses bras toute la vie et c’est ce qu’il a fait notre histoire était une danse et seule ma mémoire sait combien il a pu me faire tourner la tête je l’aimais et je l’aimerai toujours dans chacun de mes pas c’est un peu lui qui marche avec moi à mes côtés quand je trouve la force de me lever au quotidien alors n’oublies pas de danser jeune homme qu’importe la musique n’oublies pas de danser le monde serait bien triste sinon c’est ici que je descends merci de m’avoir écouté beau jeune homme aujourd’hui vous m’avez fait valser dans mes souvenirs quelques minutes merci 

Puis, elle s’est levée, tout doucement et elle est sortie de la rame, me laissant silencieux et le cœur noué.

Voilà pourquoi je ne porte pas d’écouteurs dans le métro.

Pour ces moments là.

Vincent Lahouze

(Photo prise sur Google.)

Advertisements