– T’es allé voter, toi?

– Non, j’avais mieux à faire tu sais, le dimanche moi c’est la chasse, ce sont les téléfilms sur M6, ce sont les replay de TF1, il fait froid, il pleut, pourquoi faire, franchement de toute manière tous des pourris, c’est bonnet blanc et blanc bonnet, moi je refuse de voter pour des gens qui ne nous comprennent pas et qui n’ont pas le sens des priorités, et puis honnêtement, on nous demande de choisir entre la Peste et le Choléra.

Voilà un petit échantillon de ce que nous pourrons lire sur la Toile, dans de nombreux commentaires, par Dédé l’ouvrier à la retraite, Michelle la ménagère de 55 ans qui a peur de marcher dans la rue et prendre le métro, bien qu’elle vive en rase campagne et qu’elle n’en ait jamais vu un de sa vie, par Kévindu62, adolescent rebelle qui pense que les migrants occupés à tenter de sauver leurs vies sont là pour lui voler son pain, son travail, sa patrie si durement acquise, et par tous ces gens qui ne seront pas allés voter mais qui iront de leurs fines analyses politiques, ah bah oui hein voilà fallait bien que ça arrive moi je dis que la Marine elle peut pas faire aussi mal que le gros Hollande ou le nain hein, voilà un bref aperçu d’une partie de ma France qui se complaît dans la médiocrité, qui suinte la peur de l’autre, et qui reste là dans son coin bien au chaud derrière son écran prête à partir en croisade pour bouter l’ennemi hors des frontières.

Choisir entre la Peste et la Choléra, c’est donc ça votre argument pour ne pas être citoyen? J’ai honte vis à vis de ces femmes qui se sont battues pour avoir le droit de vote en 44. J’ai honte vis à vis de tous ces pays qui se battent chaque jour pour leur survie, leur liberté face à la dictature et qui ne connaîtront jamais les urnes. J’ai honte vis à vis de ces personnes mortes pour rien, en l’honneur de la France, pour qu’on reste une Nation Libre et démocratique.

Nous avons le pouvoir de faire bouger les choses, nous avons le devoir de voter, même blanc, par respect. Mais rester chez soi et venir pleurer après face à la montée des extrêmes est d’une lâcheté sans nom. Nous sommes l’antidote, le vaccin face à la Peste brune, face à la Choléra blonde, nous sommes le barrage face à la vague bleu marine.

Nous n’avons aucune excuse quant à ces résultats. Ce n’est que la conséquence d’un enlisement qui dure depuis des années, un racisme latent qui remonte à la surface peu à peu, notre France, fille de la Résistance et héritière du Siècle des Lumières se retrouve plongée dans le noir. Nous ne pouvons éternellement nous cacher derrière de fausses excuses, trouver de faux coupables.

Il est temps d’éteindre la flamme et de laver cet affront national. Il est temps de se lever et de dire Non. Votez, même si cela revient à voter contre une personne.

Mais votez, pour notre Liberté.

Vincent Lahouze

(Photo prise chez Nawak Illustrations: https://www.facebook.com/NawakIllustrations/photos/a.346705748767958.1073741825.342589482512918/754579727980556/?type=3&theater)
Nb:  Ce texte ne s’adresse pas aux abstentionnistes qui ont un minimum de réflexion comme bon nombre de mes amis que je comprends, que je respecte et si ils s’estiment blessés par mes raccourcis faciles, je leur demande pardon. Non, ce texte s’adresse à cette fange crasse et putride d’une partie de la population qui aime s’insurger sur Internet sans avoir bougé le petit doigt au moment des élections mais qui préfère voter pour son candidat préféré à Secret Story.. 

À ceux là, je vous le dis et je le répète, je vous vomis. 

Advertisements