Cette nuit, je te regardais dormir, tu étais paisible, tu étais agitée, tu étais belle. Et moi, je n’arrivais pas à trouver le sommeil et je me posais la question (pourquoi je t’aime?), tu n’arrêtais pas de bouger, de tourner dans tous les sens, tu étais belle (pourquoi je t’aime?)

je t’aime dans tous tes états même quand tu boudes et que tu me tournes le dos je t’aime même quand tu me mets la branlée dans les jeux de société parce que oui je t’aime pour ton esprit brillant ton intelligence et ta curiosité qui te dévore constamment je t’aime parce que tu seras une institutrice formidable que les enfants seront fiers d’avoir je t’aime autant que Curtis et Dolan aiment nous réveiller la nuit je t’aime pour ta fragilité et quand tu pleures pour rien je t’aime quand tu ne finis pas ton assiette parce que tu as un petit estomac mais que tu vas manger une glace devant l’ordinateur quelques minutes après je t’aime quand tu râles pour tes éclats de rire pour nos combats qui finissent par terre corps contre corps cœur contre cœur je t’aime quand tu me prends la main avant de t’endormir je t’aime pour ta patience à supporter mes défauts et mes faiblesses à croire en moi je t’aime pour ce petit enfant qui se couche chaque soir entre tes bras et pour cet homme que je deviens chaque matin quand je me lève je t’aime pour cet amour que tu m’offres mais que je ne comprends pas très bien je t’aime pour toutes ces années à venir et tout ce qu’on a à vivre je t’aime comme j’aimerai inlassablement nos enfants parce que oui je veux tout vivre avec toi je veux vivre les nuits blanches les nuits d’angoisse les cris les larmes et le rire de nos futurs minis nous je veux pouvoir me sentir vivant tu comprends je veux pouvoir me dire que je n’ai pas vécu pour rien

tu dormais toujours, je ne dormais toujours pas, et je n’avais pas encore fait le tour de la question (pourquoi je t’aime?), tu gémissais par moment, en proie à des rêves agités, le visage grimaçant, tu étais belle (pourquoi je t’aime?)

je t’aime parce que ta voix résonne dans tous les bruits du monde je t’aime parce que ton rire a su faire taire le vacarme incessant de mon cerveau tu sais cette rumeur épuisante qui te vrille et qui te hurle sans cesse que tu ne seras jamais un homme bien un homme libre un homme de parole un homme digne d’être aimé et moi je t’aime parce que ta peau a su apaiser les brûlures parce que ta bouche a su mordre ma vie à pleines dents je t’aime dans toutes les langues mais c’est la tienne que je préfère je t’aime parce que ma main épouse parfaitement ton sein parce que ta main épouse parfaitement mon destin et c’est rare tu sais je t’aime dans les rues de Paris sous la pluie à traîner une valise pleine de nous deux je pourrais la traîner jusqu’au bout du monde tant que c’est toi qui me guide et tant pis pour les ampoules tu es désormais ma lumière je t’aime perdu en Vendée je t’aime sous le ciel de Toulouse et qu’importe que les orages déchirent les nuages je n’ai pas peur des éclairs parce qu’ils ne brillent pas autant que tes yeux je t’aime et je t’aimerais dans n’importe quelle ville de n’importe quel pays de n’importe quel continent parce que notre amour n’a pas de frontière notre amour n’a pas de couleur n’en déplaise aux partisans de la race blanche je t’aime pour cet avenir que tu me dessines moi qui ne sais que rayer déchirer effacer brûler ce qui me tient en vie je t’aime parce que la seule addiction qui coule dans mes veines porte ton nom je t’aime parce que je ne m’enivre désormais qu’à ton parfum je ne me shoote plus qu’à l’odeur de ton corps collé contre moi je t’aime parce que je suis clean et à la fois accro à toi je t’aime parce que tu m’as tiré de l’obscurité pour me ramener à la lumière tu portes bien ton prénom mon amour tu éClaire

Cette nuit, je te regardais dormir, tu étais paisible, tu étais agitée, tu étais belle. Et moi, je n’arrivais pas à trouver le sommeil et je me posais la question (pourquoi je t’aime?), tu n’arrêtais pas de bouger, de tourner dans tous les sens, tu étais belle (pourquoi je t’aime?)

Et puis, je me suis dit que l’amour ne s’expliquait pas, il se vit. Et je me suis endormi.

Vincent Lahouze

Photo: Toi et Moi.

Publicités