09/11/16, il est 08h30 et la nouvelle vient de tomber. Donald Trump, un espèce de connard à l’orange vient d’être élu Président des États-Unis.

J’imagine combien il-a-rit face aux résultats. J’imagine sa gueule satisfaite, sa bouche en cul de poule immonde, sa mèche blonde fièrement dressée. Donald Trump est élu et le monde entier est consterné. Même le ciel fait grise mine. La victoire de Trump, c’est la défaite de la démocratie, la défaite du rêve américain, la défaite des femmes, la défaite des handicapé-es, la défaite des minorités sexuelles, la défaite des immigré-es, la défaite des musulman-es, la défaite des pauvres, la défaite des noir-es, la défaite de la Terre et son climat. Alors, oui, Hillary Clinton n’était guère mieux comme choix. Je ne le nie pas. Oui, mais entre la peste et la choléra, autant choisir la maladie qui te crèvera. Donald Trump est l’exemple éclatant que la bêtise crasse, l’ignorance, la haine de l’autre, le sexisme, le racisme ne sont rien face au pouvoir de l’argent. Donald Trump est la preuve éclatante qu’avoir 12 témoignages d’agressions sexuelles sur le dos ne sont rien dans la carrière politique d’un homme.

Le 09 Novembre 1989 voyait chuter le Mur de la Honte à Berlin. Aujourd’hui, Donald Trump ramasse les briques et va ériger son mur, entre les USA et les mexicains. Quelle cruelle ironie.

Et j’ai la nausée quand je vois le Klu-Klux-Klan applaudir la victoire de Trump et je conseille à Obama, sa famille et tous les opposants de se cacher avant qu’ils ne finissent brûlés sur une croix ou abattus par des flics en légitime défense, bien entendu. Parce que oui, cet homme est dangereux et qu’il est capable d’aller très loin. On n’imaginait pas ce que Hitler pourrait faire une fois arrivé au pouvoir, bien que tout était énoncé dans Mein Kampf, alors je n’ose imaginer les répercussions sur le monde entier dans les mois à venir. Oui, n’oublions jamais que le fascisme est arrivé démocratiquement par les urnes.

La victoire de SuperTrump ne doit servir qu’à une seule chose. S’unir. Nous coller un coup de pied au cul. Nous remettre les idées en place. Nous dire que la Vague bleue Marine 2017 n’est pas qu’un vieux fantasme imaginé par des fachos nostalgiques du 3ème Reich mais bel et bien une possibilité qui peut nous tomber sur le coin de la gueule. Alors, on arrête de se plaindre, d’attendre que ça arrive, on arrête d’être frileux et d’avoir peur, nous avons le pouvoir de changer les choses. On éteint BFMTV, on éteint D8 mes petites beautés.

Alors, on se réveille. Ensemble. On se bouge, on va voter. Et à défaut de voter pour, on va voter contre. Parce que oui, je reste persuadé que l’abstention ne peut que nous nuire. Ne te réjouis pas trop vite, Marine Le Pen, ne te réjouis pas trop vite.

On effacera ton grand sourire carnassier.

Vincent Lahouze

(Ne me demandez pas l’autorisation pour partager mes textes, faites!)

Publicités